Le débat de l’échauffement : faut-il galoper avant de trotter ou l’inverse ?



Lorsque l’on parle d’échauffement, tout le monde est d’accord sur certains points :

  • Il est impératif de marcher avant de trotter ou galoper

  • l’échauffement devrait permettre au cheval de gagner en souplesse et en réactivité aux aides.


Mais sur la suite de l’échauffement, il y a deux écoles : ceux qui trottent avant de galoper et ceux qui galopent avant de trotter. C’est de ces points-là dont nous allons discuter aujourd’hui.


Tout d’abord, il faut penser à l’échauffement sur le court terme (réactivité aux aides et souplesse lors de votre séance du jour J) mais aussi sur le long terme. En effet, le but premier de l’échauffement est de réduire le risque de blessure. Les athlètes humains l’ont bien compris : avec des exercices spécifiques sur une durée et une fréquence spécifique, nous pouvons grandement limiter le risque de blessure sur le court et long terme, mais en plus, nous pouvons augmenter les performances à court et long terme.


Dans cet article nous allons donc évoquer plusieurs paramètres à prendre en compte lors de votre échauffement sur le court et long terme. Ces paramètres seront :


  1. - le système cardiovasculaire

  2. - le système tissulaire et articulaire

  3. - le système respiratoire

  4. - les viscères

  5. - le système nerveux

  6. - le système endocrinien


Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.rehactivequine.fr pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner