Entrainements variés, pour un cheval en bonne santé, mais aussi de meilleures performances !

Dernière mise à jour : oct. 31

« Il est hors de question que mon cheval de dressage travaille sur des barres au sol ou qu’il aille galoper sur la piste »

Ah cette fameuse phrase, je l’entends si souvent… Est-ce que je vais réussir à vous faire changer d’avis avec mon article, je ne sais pas mais je vais tenter quand même.


Parlons d’abord du travail varié. Une étude a été faite sur le sujet. Les chevaux qui sortaient en extérieur, travaillaient sur des barres au sol ou à l’obstacle, avaient beaucoup moins de risque de blessure qu’un cheval qui ne faisait que du dressage.

Et oui, travailler sur des sols différents avec des mouvements différents aide la proprioception de votre cheval et permet aussi une meilleure adaptation des structures physiques de votre cheval.


En plus de prévenir le risque de blessure, cela pourrait aussi augmenter vos performances sportives.

Un cheval de dressage doit être « assis » et doit engager ses postérieurs. Pour cela il doit fléchir au niveau de la jonction lombosacrée (LS- entre les lombaires et le sacrum, c’est là où il y a le plus de flexion/extension dans le dos). Travailler sur des barres au sol permet de gagner en amplitude articulaire. Galoper à une vitesse élevée (pas rassemblé, je parle d’un galop de « course ») permet d’augmenter encore plus l’amplitude articulaire au niveau de la jonction LS. Si vous gagnez en amplitude, vous gagnerez en flexion et donc en engagement.


Alors on en pense quoi du travail varié ?


PS : je ne m’attaque pas au dressage, je pourrai dire la même chose des cavaliers d’endurance ou des chevaux de course qui ne voient par exemple jamais de carrière ou de barres de leurs vies ou des chevaux de CSO qui ne connaissent pas les cessions à la jambe.


Etudes :

Faber et al 2001 et 2010


Cliquez sur l'un des mots-clés/thèmes ci-dessous pour poursuivre votre lecture vers d'autres de mes articles :