Prévenir les boiteries

Dernière mise à jour : août 23


Il existe des moyens de prévention simple, tout d’abord avoir une ferrure adaptée à la conformation du cheval est important. Cela va de même pour un parage, le pied doit être équilibré.

Il est important d’avoir du matériel adapté. Une selle trop grande, trop petite, trop longue, trop courte créera des tensions musculaires qui pourront engendrer une boiterie.

Travailler sur des terrains variés (mous, durs, sable, routes, fibres), les terrains mous font forcer les tissus mous (tendons, ligaments) alors que les terrains durs auront un impact sur les tissus durs (cartilage, os) il est donc important de varier le terrain afin de ne pas toujours mettre les mêmes structures sous tensions et de les habituer à tous types de sols.

Il est important d’entretenir les sols sur lesquels vous travailler. En effet, une étude a démontré, qu’un sol entretenu (hersé tous les 10 chevaux) limitait le nombre de boiterie !


Si votre cheval à une pathologie connue, adapter le terrain à ses besoins afin de ne pas mettre la zone déjà endommagée sous tension.

Masser le cheval, l’étirer et effectuer une mobilisation passive articulaires aide à :

*Redonner de l’élasticité aux tissus conjonctifs (tendons et ligaments) (Lederman, 1997) *Déceler un changement avant l’apparition de signes cliniques *Restaurer une mobilité réduite afin que celle-ci ne se répercute pas sur d’autres tissus et limiter la douleur (si présente) (Bronfort, 2004)


Il est donc important de prévoir des massages préventifs afin de limiter le développement d’une pathologie plus grave qui aura des répercussions sur d’autres structures, engendra des frais vétérinaires et l’arrêt temporaire de votre cheval !! (Haussler, 2016)

ATTENTION en cas de doute sur une boiterie, il est primordial d’appeler un vétérinaire !!


Cliquez sur l'un des mots-clés/thèmes ci-dessous pour poursuivre votre lecture vers d'autres de mes articles :